Radioamateur

L’émission d’amateur est une activité scientifique règlementée qui permet d’établir des liaisons hertziennes (radio) avec les radioamateurs du monde entier. Elle permet d’acquérir des connaissances techniques dans les domaines de la radio,  de l’électronique , de l’informatique et de développer des liens d’amitié entre amateurs de différents pays.

Le radio-amateurisme est pratiqué en France par 13.725 radioamateurs pour une population d’environ 67,8 millions de personnes soit 0.02% de la population. On compte aux environs de 3 millions de radioamateurs dans le monde.

Qui est le radioamateur ?

Le radioamateur est une personne qui, après le passage d’un examen sur la théorie et la règlementation, reçoit l’autorisation officielle de communiquer par radio avec d’autres personnes, elles aussi légalement autorisées. Ces communications se font sur les bandes de fréquences allouées par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) au service amateur et au service amateur par satellite. Le radioamateur pratique une activité à caractère technique ; ses compétences sont contrôlées et ses communications radio sont accessibles à toutes et à tous. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) lui délivre un certificat d’opérateur radioamateur et lui attribue un indicatif l’autorisant à exploiter les fréquences allouées par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Chaque année le radioamateur doit payer une taxe (46€) pour l’autorisation d’utiliser une installation amateur personnelle ou celle d’un radio-club. Le certificat délivré par l’état est également valable à l’étranger sous certaines conditions de réciprocité.

Les indicatifs

En France métropolitaine, l’indicatif commence par le préfixe « F », suivi d’un chiffre et d’un suffixe de deux ou trois lettres, exemple : F4DBD.  Dans les départements et territoires d’outre-mer, une lettre supplémentaire, entre le « F » et le chiffre, précise la zone géographique d’où émet la station, par exemple : « FG » pour la Guadeloupe (FG1XY) . « TK » remplace le F pour la Corse. Cet identifiant est propre à chaque radioamateur et permet de connaitre l’identité et les coordonnées de l’opérateur via l’annuaire de l’ANFR.

La pratique

Le radioamateur a le droit d’utiliser le matériel qu’il construit (antennes, émetteurs, récepteurs etc.) sans devoir le faire homologuer. C’est une exception parmi les autres utilisateurs du spectre radioélectrique. Il étudie la propagation des ondes radio pour tenter d’établir des liaisons toutes distances avec d’autres radioamateurs. Pour cela il peut utiliser différents modes de télécommunication : téléphonie, télégraphie, télévision et signaux générées par ordinateur. Les échanges sur l’air avec les autres radioamateurs se limitent à des données techniques liées aux essais.

Les liaisons peuvent s’établir de radioamateur à radioamateur via les différentes couches de l’atmosphère, par onde de sol ou bien encore par le biais de relais, de satellites ou de la réflexion des ondes sur la Lune, la pluie, les météorites et même les avions. L’étendue des fréquences ouvertes au radio-amateurisme est très vaste. Cela va de 137 kHz à 241 GHz. Les ondes décamétriques (de 3 MHz à 29.7MHz) sont utilisées pour les liaisons intercontinentales. Plus les fréquences utilisées sont basses (très grande longueur d’onde) et plus les antennes sont grandes. C’est pourquoi on trouve une très grande variété d’installations chez les radioamateurs suivant les gammes de fréquences qu’ils souhaitent étudier.

De nos jours il est possible d’écouter les radioamateurs sans avoir à posséder d’équipement radio grâce à la technologie SDR (Software Defined Radio). Il suffit de suivre ce lien qui pointe vers des équipements virtuels WEBSDR du monde entier.

En savoir plus

Si le radio-amateurisme vous intéresse, vous en saurez plus en consultant ce site sur l’émission d’amateur.